Skip to content

Le combat des hommes qui aiment les femmes trans

Cyril Mazur
Cet article a été mis à jour le .

Nous parlons souvent de la discrimination et de la stigmatisation que subissent les femmes transsexuelles elles-mêmes au sein de nos sociétés et à travers le monde. Une autre forme de rejet est à souligner lorsqu’on évoque le phénomène de la transsexualité : celui dont sont victimes les hommes attirés physiquement ou sentimentalement par les trans.

Parce qu’elle bouleverse les codes, suscite parfois le dégoût ou le mépris, l’union entre un homme cisgenre et une femme transgenre est loin d’être socialement acceptée. Cette alliance ébranle les schémas du couple et se heurte à des valeurs sociales, familiales et religieuses fortes. Aux yeux de beaucoup, celle-ci n’est ni naturelle ni normale et serait condamnable.

Certains hommes ont choisi une transsexuelle comme partenaire de vie et souffrent régulièrement du regard que les autres portent sur cette attirance particulière. L’attraction d’un homme pour une femme transgenre apparaît tantôt comme un mystère tantôt comme une perversion ou une déviance sexuelle. Les mêmes questions relatives à l’ambiguïté des genres et à l’orientation sexuelle sont posées à ces hommes qui luttent pour que leur attraction ne soit en rien considérée comme pathologique ou socialement déviante. Comment les hommes « trans orientés » vivent-ils leur relation ? De quels préjugés sont-ils victimes ? Faisons le point sur le combat que mènent ces hommes aimant ouvertement ou secrètement les transsexuelles.

« Trans orienté » : ces hommes qui aiment les transsexuelles

L’expression « trans orienté » désigne une personne attirée par les transsexuels (hommes ou femmes). En anglais, on les appelle les « trans oriented » ou les « trans attracted ». Dans la terminologie anglophone de comptoir, on rencontre également d’autres néologismes, peu sympathiques pour la plupart, tels que « transfan », « transsensual » ou encore « tranny hawk » ou le fameux « tranny chaser ». Certaines de ces appellations sont évidemment empreintes d’une grande vulgarité et sont considérées comme des insultes. Elles témoignent de la violence que peut susciter une telle orientation.

Contrairement aux LGBT, il n’existe pas de terme officiel pour qualifier cette « catégorie » (on ne le répètera jamais assez : méfions-nous des catégories !). C’est ainsi que s’est développé, au gré des forums et des sites internet spécialisés, le concept de « trans orienté » qui a au moins le mérite d’aborder le sujet de manière assez neutre et respectueuse. (nb: pour plus d’informations, voir le site Transattracted.com, en anglais)

Une question alimente les débats de certaines conférences abordant la thématique du genre, celle de savoir si les « trans orientés » peuvent être associés à l’émergence d’une nouvelle orientation sexuelle qui se distinguerait de l’homosexualité et de l’hétérosexualité.

Une définition exacte de ce que recouvrerait précisément les « trans orientés » est pour l’heure impossible en raison de la complexité du terme « attraction » lui-même. En effet, qu’entendre par « attraction » à l’égard des trans ? Celle-ci peut-être alternativement romantique, physique, amoureuse, occasionnelle, répétée, exclusive ou préférentielle.

Le premier site de rencontre décent pour femmes trans & gentlemen
Rejoignez plus de 125 000 membres
Inscrivez-vous

La stigmatisation des hommes trans orientés

Le nom de Laverne Cox ne vous est peut-être pas inconnu (vous la connaissez surement de Orange Is the New Black). Cette actrice américaine transsexuelle est une des porte-paroles les plus influentes de la communauté transgenre aux Etats-Unis. Fervente défenderesse de cette minorité, elle déclare dans le Huffingtonpost : « les hommes qui sont attirés par des femmes transgenres sont probablement stigmatisés plus que les femmes transsexuelles elles-mêmes ». En effet, les « trans orientés » sont confrontés à une série de préjugés à double entrée : d’une part, ils doivent composer avec les clichés dont leur compagne est victime et d’autre part, ils sont à la merci des jugements portés sur leur propre attraction.

La comédienne affirme également que la société a besoin d’une image positive de la transsexualité, véhiculée par une célébrité à forte personnalité (chanteur, musicien…), appréciée et reconnue pour son talent, qui pourrait alors dire sur le devant de la scène : « J’aime les femmes transsexuelles, elles méritent d’être aimées et je vais le dire publiquement ». Pour Laverne Cox, les « trans orientés » ont besoin d’un représentant qui serait un modèle sociétal et humaniste afin de renouer avec l’espoir de vivre authentiquement leur attirance. (article complet disponible ici, en anglais)

Aimer une femme trans: hétéro ou homo?

Ce qui semble déranger fondamentalement les psychorigides du genre et de l’orientation sexuelle, c’est qu’il est difficile de classer les « trans orientés » dans l’une des deux cases de cette summa divisio : hétérosexuel ou homosexuel ? Et pour cause, s’il est bien des personnes qui secouent le socle solide et fermé des études sociologiques sur le genre et la sexualité, ce sont les « trans orientés ». Du coup, lorsque l’incertitude plane et que nos jolies petites cases s’étiolent, il est aisé d’ouvrir le panier « fourre tout », celui des «anormaux » ou des « déviants ».

Pour débroussailler un peu la piste, voici les résultats d’un sondage réalisé récemment par My Transsexual Date :

  • 70% des sondés s’identifient comme étant hétérosexuels et/ou « trans orientés » (ils aiment les femmes et les transsexuelles)
  • Seulement 10% de ces hommes se considèrent comme bisexuels ou gays (ils aiment les hommes et les transsexuelles mais pas les femmes)
  • Les derniers 20% représentent ceux qui pensent que « pansexuel » est le terme qui les définirait adéquatement ou bien alors ils estiment qu’il n’existe pas d’étiquette appropriée dans laquelle ils pourraient se reconnaître

Vivre cette attirance au quotidien : la croix et la bannière

Peu d’hommes « trans orientés » parviennent à vivre leur relation avec une transsexuelle de manière ouverte et parfaitement épanouie. Le sujet reste encore tabou pour une grande majorité des gens. La plupart d’entre eux préfèrent cacher cette attirance à leurs proches, par peur des représailles. Parfois, pour concrétiser leur attirance, ils s’orientent dans des rapports à risque et fréquentent des endroits à l’abri des regards indiscrets tels que les clubs échangistes ou libertins. D’autres ne se l’avouent pas entièrement et refoulent cette idée qu’ils préfèrent considérer comme un fantasme ou bien alors ils entament une relation adultère par intermittence. Le sentiment de honte et de culpabilité les empêche également d’accéder à un mode de vie serein et freine leur souhait de se mettre en couple avec une transsexuelle dont ils sont tombés amoureux. Il faudra sans doute que beaucoup d’eau coule sous les ponts pour qu’une telle liaison soit socialement tolérée. Pourtant, au-delà des stéréotypes qui sont le terreau de l’exclusion, il s’agit bien souvent d’une histoire de cœur et non de coucheries…

Pour l’heure, il faut une bonne dose de courage aux « trans orientés » pour affirmer et dévoiler au grand jour leurs choix sentimentaux. Et je dois dire: kudos aux hommes qui cherchent sincèrement l’amour sur un site de rencontres pour femmes trans.

Publié dans Amour et couples
Le premier site de rencontre décent pour femmes trans & gentlemen
Rejoignez plus de 125 000 membres
Inscrivez-vous

À propos de l’auteur

Cyril Mazur
French Internet entrepreneur. Founder and CEO of My Ladyboy Date / My Transgender Date. I made it my life mission to help trans women and trans attracted men connect and find love.
🇫🇷❤️🏳️‍🌈

Articles similaires

Commentaires

9 thoughts on “Le combat des hommes qui aiment les femmes trans

  1. Bonjour j’ai eu plusieurs relations avec une trans et je les trouve très belle ma première expérience j’avais 24 ans un peu timide de plus je peux plus m’en passer je préfère avoir une relation avec une trans que avec une femme c’est pour ça que je compte aller au Brésil ou en Thaïlande

  2. Bonjour, quel article très intéressant!!! En effet je pense qu’il est très difficile d’assumer publiquement d’être trans orienté. Perso je suis sûr de moi, tout est clair dans ma tête. Mais je ne peux m’empêcher de le garder secret pour mes proches, je n’ai pas le courage de me justifier et je déteste être jugé. Merci

  3. Bonjour
    Je viens de rejoindre ce groupe Interessant d’apporter son témoignage,
    J’ai toujours été attiré par les transexuelles à cause de leur féminité voulue et souvent réussie au point de vous faire douter de leur identité .
    Devant ce paradoxe délicieux , j’ai longtemps gardé le désir d’en connaitre pour entrer dans leur intimite.
    Comme la majorité des trans oriented je ne suis pas du tout attiré par les hommes et suis hétéro avec des partenaires chez qui je recherche toujours un degré de sophistication élevé .
    Qu’elles soient trans ou non , je recherche le même type dd femmes.
    Un probléme que je me posais était de savoir si le fait d’être pré ou post opérée était un critére fondamental pour établir une relation amoureuse.
    Définitivement non.
    Cela dépend de la personne , de sa féminité .
    C’est vrai que socialement c’est un vrai probleme de faire son coming out sur ce sujet mais ça vaut la peine quand l’amour est vraiment au rendezvous.

  4. Bonjour j’ai clairement compris que les hommes avec qui j’ai eut des relations sont clairement hétéros. Avant de devenir femme, j’ai fait semblant d’être un homme gay car c’était ma seule option vu que j’ai toujours aimé les hommes, et je peux dire que les hommes avec qui je sortais en étant un mec et ceux en étant une nana, sont complètement différents. Et moi qui aimes les mâles Alpha je trouve plus facilement mon style d’hommes parmi les hommes hétérosexuels

  5. Bonjour pour moi de préférence une femme trans avec relation durable dans le respect et honnêteté parce que c’est elle qui me convient !

  6. Bonjour
    J’ai toujours été attiré par les femmes, et uniquement les femmes.
    Je suis plutôt du style « ancienne mode », ayant conservé ma virginité pour LA femme qui allait partager ma vie, et ne voulant en avoir qu’une seule.
    Cette femme, je l’ai connue à 18 ans et demi (16 1/2 pour elle), et nous n’avons divorcé que l’année dernière, après 30 ans de vie commune et 3 enfants.
    Ce n’est qu’avec le temps que je me suis ouvert psychologiquement aux femmes trans, car ce sont des Femmes comme les autres avant tout, aux différences visibles uniquement dans un lit quand elles ne sont pas opérées.
    Pour moi, bien que je cherche l’amour d’une femme trans (non-opérée et active/versatile de préférence), je me sens toujours hétéro.
    J’ai pensé être hétéro-flexible à une certaine époque,
    mais non.
    Je ne suis qu’un homme comme tant d’autres, mais hétéro « total », du moment que c’est avec MA femme.
    Que celle ci soit une femme génétique ou une femme trans, opérée ou non, elle reste une Femme, point barre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *