Skip to content

Christine Jorgensen, première personne Trans en Amérique à subir une CAG

Amanda Valentine Dela Cruz

La chirurgie affirmative du genre CAG (ou chirurgie de réassignation sexuelle) est l’un des meilleurs traitements de la dysphorie de genre. C’est aussi une chirurgie qui aide de nombreuses personnes transgenres à vivre de la meilleure façon possible. Sans elle, de nombreuses personnes vivant avec des organes génitaux qui ne leur correspondent pas continueront à souffrir de dépression, d’anxiété et d’autres problèmes mentaux.

En effet, certains ont tellement de mal à vivre avec leurs organes génitaux qu’ils vont jusqu’à songer à mettre fin à leurs jours. Heureusement, il existe des scientifiques, des médecins, des experts et des participants volontaires pour rendre les avancées technologiques possibles. Aujourd’hui, nous allons parler de Christine Jorgensen, une femme courageuse qui est aussi la première femme trans et personne transgenre aux États-Unis à subir une opération affirmative de genre.

Qui était Christine Jorgensen avant la CAG ?

Christine a eu ce que la plupart des gens considèrent comme une enfance plutôt normale. Elle était une excellente élève, amie et fille. Outre le savoir académique qu’elle a accumulé lors de son cursus scolaire, elle a également fait partie de l’armée américaine.

Christine Jorgensen avant et après

Enfance, Éducation et Croissance

Jorgensen est née le 30 mai 1926, dans le Bronx, à New York. Elle est le deuxième enfant de George William Jorgensen, un charpentier et entrepreneur, et de Florence Davis Hansen, sa femme.

Elle a été baptisée luthérienne et a grandi dans le quartier de Belmont dans le Bronx, NYC. Elle se décrit comme ayant été un

petit garçon frêle, blond et introverti qui fuyait les bagarres et les jeux brutaux

lorsqu’elle était enfant. Elle a obtenu son diplôme en 1945 au lycée Christopher Columbus.

Peu après l’obtention de son diplôme, elle a été mobilisée dans l’armée américaine à l’âge de 19 ans, avant de poursuivre des études supérieures au « Mohawk Valley Community College » d’Utica, dans l’État de New York. Son école était également connue sous le nom de « Progressive School of Photography » de New Haven, dans le Connecticut.

Outre les arts, elle a également suivi des études dans le domaine des sciences. Elle a également fréquenté la Manhattan « Medical and Dental Assistant school » à New York. En plus de ses expériences dans le domaine des arts et des sciences, elle a également eu l’occasion de se frotter au journalisme académique grâce à son bref passage à « Pathe News ».

Transition de genre et médicale

À son retour de l’armée, elle a entendu parler de la chirurgie de affirmative du genre (CAG). Avec l’aide de Joseph Angelo, le mari de sa camarade de classe de l’école d’assistantes médicales et dentaires de Manhattan, elle a commencé à suivre un traitement hormonal substitutif (THS), essentiellement sous la forme d’éthynylestradiol (une forme d’œstrogène). Elle le faisait en prenant de l’éthynylestradiol (une forme d’œstrogène).

Sa curiosité pour la CAG a également été renforcée à cette époque, ce qui l’a amenée à effectuer ses propres recherches. À partir de ses découvertes, elle a décidé de se rendre en Suède. À cette époque, c’est le seul pays où ce genre de chirurgie était pratiquée

Une Pionnière Américaine en matière de Transition

Sur son chemin, elle a fait une escale à Copenhague. C’est à cette occasion qu’elle a rencontré Christian Hamburger, un endocrinologue danois. En plus d’être endocrinologue, le Dr Hamburger était également spécialiste de l’hormonothérapie de réadaptation. Pendant son séjour au Danemark, elle a suivi un THS sous la direction du médecin.

Christine Jorgensen, la première personne transgender

Elle a choisi de se nommer Christine en l’honneur du Dr Hamburger. À cette occasion, le ministre danois de la justice lui a accordé une autorisation spéciale pour subir des opérations relatives au genre.

Orchiectomie

Elle a subi une orchiectomie au Gentofle Hospital de Copenhague le 24 septembre 1951. L’une des lettres qu’elle a adressées à ses amis est également documentée. Elle y fait état de son expérience de l’opération,

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-jointes, prises juste avant l’opération, j’ai beaucoup changé. Mais ce sont les autres changements qui sont bien plus importants. Vous vous souvenez de la personne timide et malheureuse qui a quitté l’Amérique ? Eh bien, cette personne n’est plus et, comme vous pouvez le voir, je suis d’humeur merveilleuse.

Vaginoplastie

Avant de subir sa dernière opération, elle a subi une pénectomie dans le même hôpital danois. Cette opération consiste à retirer le pénis pour des raisons médicales ou personnelles. Cependant, ce n’est pas la même chose que d’avoir un vagin entièrement fonctionnel.

De retour aux États-Unis, elle a finalement subi une vaginoplastie. L’opération a été réalisée par Joseph Angelo avec Harry Benjamin comme conseiller médical. Benjamin lui reconnaît le mérite d’avoir participé et fait avancer ses études.

Dans l’autobiographie de Jorgensen, Benjamin a déclaré :

En effet, Christine, sans toi, sans doute rien de tout cela ne serait arrivé ; la bourse, mes publications, mes conférences, etc.

Le premier site de rencontre décent pour femmes trans & gentlemen
Rejoignez plus de 125 000 membres
Inscrivez-vous

Sa Carrière après la Transition et la Reconnaissance Publique

Christine Jorgensen a fait des vagues dans les médias américains. Son expérience a été déterminante pour la rédaction de son autobiographie Christine Jorgensen : A Personal Autobiography. En raison de l’attention qu’elle a reçue des médias du monde entier, elle a effectué plusieurs visites d’universités dans les années 70 et 80.

Christine Jorgensen

Outre son activité de locutrice, elle a également travaillé en tant qu’actrice et animatrice de boîte de nuit. Elle a également fait de la musique en enregistrant plusieurs chansons.

L’une de ses prestations régulières dans la boîte de nuit consistait à chanter « I Enjoy Being a Girl », en terminant sa prestation par un rapide changement en costume de Wonder Woman.

En tant qu’actrice, l’un de ses rôles mémorables a été celui de Madame Rosepettle dans la pièce Oh Dad, Poor Dad, Mamma’s Hung You in the Closet et I’m Feelin’ So Sad. Elle a également présenté divers spectacles dans le quartier nord-est de Manhattan.

Son Héritage en tant que Femme Trans Emblématique

L’héritage que Jorgensen a laissé est aussi monumental que la façon dont elle a vécu sa vie. Les changements cruciaux en matière de communication sur le sujet des personnes transgenres sont le reflet de ce qu’elle a commencé et de ce qu’elle nous a légué.

La première personne trans aux Etats-Unis

Une Vie après la Chirurgie

Bien qu’il y ait eu beaucoup de critiques et de sectarisme à son époque, elle est restée fidèle à elle-même. En rendant publique sa transition, elle a ouvert de nombreux yeux sur la possibilité de mener une vie que l’on ne pouvait qu’imaginer. À son époque, de nombreuses personnes transgenres ne savaient pas que la transition médicale était possible.

Et qu’il n’y a pas à avoir peur d’être qui vous êtes, car une vie vous attend. Elle a prouvé que c’était vrai en accédant à l’industrie du divertissement et en publiant une autobiographie à succès.

Certificat de naissance

En plus de faire la lumière sur l’identité de genre, elle a également encouragé les personnes transgenres à modifier les marqueurs de genre sur leur certificat de naissance. Le fait que l’identité de genre d’une personne ne corresponde pas à son acte de naissance est source de confusion et de dysphorie de genre. Malheureusement, de nombreux pays n’autorisent toujours pas les personnes transgenres à modifier leurs marqueurs de genre.

Mais aux États-Unis, d’où Jorgensen est originaire, la reconnaissance de ce droit fait déjà partie de la loi depuis de nombreuses années.

La communauté LGBTQIA

Enfin, elle a énormément marqué la communauté et tout le monde reconnaît ses importantes contributions au mouvement en faveur de l’égalité des sexes.

  • Intronisation dans le cadre de la Legacy Walk (2012)
  • Honorée inaugurale lors de la Rainbow Honor Walk (2014)
  • Honorée lors de la cérémonie inaugurale des 50 pionniers, précurseurs et héros américains sur le mur d’honneur national LGBTQ (2019)

Vous faites partie de la communauté trans ? Aidez à lui rendre hommage en partageant cet article. Si vous avez des informations supplémentaires sur Christine Jorgensen, n’hésitez pas à vous joindre à la conversation en commentant ci-dessous.

Publié dans Informatif Mots-clés #
Le premier site de rencontre décent pour femmes trans & gentlemen
Rejoignez plus de 125 000 membres
Inscrivez-vous

À propos de l’auteur

Amanda Valentine Dela Cruz
Just a random trans woman playing with makeup and skincare. Loves bacon and the operating table. I'm also the author of the dating guide book Dating Transgender Women for Gentlemen. Know more -> dtwfgbook.com

Articles similaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *